La réalité virtuelle prend peu à peu sa place dans le domaine de la prévention des risques et plus globalement dans l’univers du travail.

Quels usages la réalité virtuelle peut-elle bouleverser le domaine de la prévention des risques en entreprise ?

L’intérêt de la réalité virtuelle dans le cadre de la prévention des risques croît depuis un peu plus de 10 ans (cf INRS). D’un point de vue opérationnel, la réalité virtuelle permet en effet la création de simulations interactives de situations à risques, de postes de travail spécifiques qui peuvent être rejoués à l’infini tandis que l’activité de l’opérateur est enregistrée. L’apprenant peut ainsi bénéficier d’un feedback sur son comportement, ses réactions afin d’améliorer ses performances en situation réelle et/ou faire preuve de son habileté auprès du formateur. Les études montrent que la réalité virtuelle peut engendrer des réactions physiologiques (stress, anxiété) fidèles aux conditions réelles, permettant au stagiaire d’être plus performants le jour J en corrigeant par exemple la chronologie des gestes à effectuer ou des habitudes. Reste que les performances de tels dispositifs sont soumises à des limites techniques nécessitant un haut niveau de graphisme, de réalisme, afin d’immerger au mieux les candidats. C’est pour cela que PREVENTIRISK s’associe à des experts du développement 3D, réalité virtuelle afin de transposer leur savoir faire dans le jeu vidéo aux situations professionnels.

Comment la réalité virtuelle peut-elle contribuer à l’apprentissage ou à la formation dans le cadre du travail ?

La simulation en réalité virtuelle a fait preuve d’efficacité à plusieurs niveaux. La possibilité d’aménager des scénarios d’entrainement spécifiques et/ou de fournir une connaissance du résultat ou de la performance de l’opérateur en temps-réel permet premièrement d’entraîner ces derniers à une meilleure détection des signaux utiles et informations pertinentes. La réalité virtuelle, en complément d’une méthode d’apprentissage traditionnelle (formation en présentielle)garanti un ancrage mémoriel de manière attractive et ludique. Grâce à la possibilité de répétition infinie des scénarios, la réalité virtuelle automatise les processus de régulation de l’action, en permettant à l’opérateur d’améliorer son geste et de réduire ses maladresses sans impact sur les situations ou la production réelle. La réalité virtuelle est un atout majeur dans l’apprentissage en situations critiques (incendie dans les locaux, risques électrique, arrêt cardiaque, situations à risques sur les chantiers, conduite de véhicule) car elle permet de multiplier l’expérience des candidats dans des situations rares et permet ainsi de mieux les préparer à ces scénarios.

Peut-on imaginer que la réalité virtuelle sera une méthode efficace pour la formation professionnelle ?

Les entreprises ont tout intérêt à trouver des méthodes pour former rapidement et efficacement. La réalité virtuelle apparaît comme un moyen idéal d’atteindre cet objectif.

Change-t-elle notre rapport au travail dans l’entreprise ?

Les jeunes générations (« Millennials », « Z ») ont un rapport à la technologie nouveau, et l’utilisation de la réalité virtuelle dans un cadre professionnel est une plus-value pour modifier positivement leur rapport au travail et à l’entreprise. De nouveaux usages se développent et participent à ce changement de notre vision du travail.

Existe-t-il des freins au développement de la réalité virtuelle dans le monde du travail ou peut-on imaginer que d’ici quelques années, n’importe qui aura recours à cette technologie dans sa vie professionnelle ?

Le frein au développement de la réalité virtuelle dans la prévention des risques n’est pas lié à l’accessibilité, mais plutôt à la « culture entreprise » et à l’avancée de la transformation digitale. A l’avenir, les solutions de formation seront démultipliées ce qui permettra à tout type d’entreprises un accès à ces technologies immersives.